Alerte légionellose : le nombre de cas a doublé entre 2016 et 2018 en Europe

Face à des installations d’eau vétustes ou mal entretenues, à une population vieillissante de plus en plus vulnérable, et au réchauffement climatique, le risque de contamination à la légionellose s’est largement accru ces dernières années. C4Hydro fait le point pays par pays.

By teamblog

Déc 26, 2019

En 2018, plus de 11 3 00 cas de légionelloses ont été recensés dans l’Union Européenne. Les personnes affectées étaient principalement situées en Italie, en France, en Espagne et en Allemagne. Comment expliquer cette recrudescence inquiétante de près de 62% par rapport à 2016 ? [1]

 

Des normes de contrôle insuffisantes en Italie

 

Bien souvent, le contrôle est réalisé trop tard, en réponse à la déclaration des premiers cas pathologiques d’une épidémie. En septembre 2018, dans la région de Brescia en Italie, ce n’est qu’après l’observation de plusieurs dizaines cas de pneumonie que les autorités sanitaires italiennes finissent par ordonner des contrôles des tours de refroidissement de trois entreprises de la région. Neuf échantillons sur dix se révèlent contaminés par la légionelle. Le temps de prélever et d’analyser ces échantillons, 405 personnes seront finalement hospitalisées.

Le manque de prévention et de tests d’autocontrôle sont les principaux responsables de la multiplication des légionelles dans les réseaux d’eau chaude sanitaire et dans les tours de refroidissement.

 

Une étude de 2005[2] montrait déjà que les systèmes d’eau chaude sanitaire des hôtels italiens étaient fortement colonisés par la légionelle. Sur 75 % des bâtiments sondés, 60 % des échantillons contenaient plus de 10 000 bactéries par litre, parmi lesquelles 87 % de Legionella pneumophila, responsables de la légionellose. Pour rappel, le seuil réglementaire à ne pas dépasser, sous peine de risque sanitaire et de sanction, est de 1000 bactérie par litre. Cela traduit bien l’insuffisance des mesures de contrôle et de prévention mises en place dans certains pays, et notamment en Italie. À l’inverse, dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne ou la France, les mesures de contrôle réglementaires sont beaucoup plus strictes.

 

Une population vieillissante vulnérable : l’Italie, la Grèce et l’Allemagne sont les pays les plus exposés  

 

L’Italie, la Grèce et l’Allemagne sont les pays où la proportion de personnes âgées (65 ans et plus) est la plus élevée au sein de la population. Or, ce sont précisément les personnes âgées ou immunodéprimées qui encourent le plus grand risque de développer les symptômes aigus de la légionellose, qui peuvent aller jusqu’à la mort. A l’inverse, les personnes jeunes et en bonne santé sont plus résistantes, d’où un nombre moins élevé de cas dans les pays où la moyenne d’âge est plus basse.

Le vieillissement général de la population en Europe laisse présager un risque à venir encore plus important si aucune mesure n’est prise à temps.

 

Un taux d’industrialisation qui multiplie les risques en Europe de l’Ouest

Tours aéroréfrigérantes industrielles (TAR) légionelles

La légionelle se développe particulièrement vite dans les réseaux d’eau artificiels. Les tours aéroréfrigérantes (TAR) et les eaux chaudes sanitaires (douche, bain, robinet) constituent des foyers à risque majeurs.

Le taux d’industrialisation bien supérieur en Europe de l’Ouest est corrélé à un très grand nombre de TAR et d’installations de type climatiseurs, spas, brumisateurs et autres équipements projetant des aérosols, des microgouttelettes d’eau invisibles à l’œil nu qui peuvent être contaminées par la bactérie.

 

Une utilisation massive des dispositifs de climatisation en Europe du Sud

 

L’Europe du Sud, au climat méditerranéen, est quant à elle caractérisée par une demande plus élevée en dispositifs de rafraîchissement collectifs et individuels comme les climatiseurs et les brumisateurs. L’Italie, l’Espagne, la Grèce et la France représentent la majorité des ventes européennes de ce type d’équipement à risque.

 

Le climat, un facteur décisif dans la prolifération des légionelles pour les pays de l’Ouest et du Sud

Les pays du Sud présentent un facteur aggravant supplémentaire de développement de la bactérie.

La légionelle se développe dans des environnements de 25 à 45 °C. Par conséquent, les pays où la température dépasse régulièrement les 25 °C présentent un risque de contamination accru. Le réseau d’eau « froide » peut facilement atteindre le seuil permettant à ces bactéries de se proliférer et de générer des infections.

La multiplication des vagues de chaleurs dues au réchauffement climatique pourrait expliquer dans une certaine mesure la recrudescence des cas de légionelloses, notamment en France, aux Pays-Bas et en Allemagne. Les épisodes de canicules, comme en juin 2018 en France, se trouvent corrélés à des pics d’éclosion de la maladie.

 

Une absence de données qui faussent les interprétations dans les pays européens les plus pauvres

 

La Grèce, la Roumanie, l’Estonie : un sous-diagnostic préoccupant de la légionellose

D’après le European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC)[3], il y a  un réel sous-diagnostic de la légionellose en Grèce tandis que les pays comme la France et l’Italie ont mis en place des mesures de déclaration obligatoire qui expliquent leur représentation en tête du classement. Ainsi, jusqu’à très récemment, la légionellose contractée en Grèce était majoritairement diagnostiquée chez des touristes, après leur retour dans leur pays d’origine, mais elle n’est encore aujourd’hui que très rarement signalée au sein de la population grecque. En outre, les données sur la légionelle sont quasi inexistantes pour certains pays comme la Roumanie ou l’Estonie.

De manière générale, dans toute l’Europe, la maladie demeure très largement sous-diagnostiquée. Hormis les cas recensés de légionellose, il faut garder à l’esprit que la maladie n’est pas toujours signalée, surtout en cas de guérison spontanée. Les symptômes de la légionellose étant, du moins au début, très proches de ceux de la grippe, les diagnostics des deux maladies sont souvent confondus.

Face à une multitude de paramètres, un seul mot d’ordre : la prévention

Le vieillissement de la population, le réchauffement climatique, l’industrialisation et développement constant des réseaux d’eau et des installations à risque impliquant la projection d’aérosols, sont autant de facteurs qui expliquent l’augmentation considérable des cas de légionellose ces dernières années en Europe et leur répartition inégale sur le territoire.

Mieux sensibilisées, certaines autorités sanitaires nationales commencent à prendre des mesures de signalement obligatoire de la maladie, comme c’est le cas en France depuis 1987. Mais est-ce suffisant face au risque ?

À ce jour, il n’existe pas de vaccin ou de traitement préventif contre la maladie. Lutter contre la légionellose implique donc de mettre en place des mesures de prévention simples, comme la réalisation de tests d’autocontrôle réguliers. Ces tests sont indispensables afin d’anticiper le risque et d’agir rapidement en cas de contamination. Il existe désormais des solutions innovantes, économiques et réalisables sur site ou chez soi en toute autonomie. Rapides et fiables, ils permettent de contrôler le risque légionelles de tout type d’installation.

 

Sources :

[1]  European Centre for Disease Prevention and Control, 2019, https://ecdc.europa.eu/en/home

[2] Borella P, Montagna MT, Stampi S, et al. Legionella contamination in hot water of Italian hotels. Appl Environ Microbiol. 2005;71(10):5805–5813. doi:10.1128/AEM.71.10.5805-5813.2005 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1265926/ 

[3] European Centre for Disease Prevention and Control, 2019, https://ecdc.europa.eu/en/home

European Commission, COMMISSION STAFF WORKING DOCUMENT Review of available information Accompanying the document Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions on an EU Strategy for Heating and Cooling, Février 2016, https://ec.europa.eu/energy/sites/ener/files/documents/1_EN_autre_document_travail_service_part2_v6.pdf  

Legionella Colonization of Hotel Water Systems in Touristic Places of Greece: Association with System Characteristics and Physicochemical
Parameters MariaA. Kyritsi 1, Varvara A. Mouchtouri 1, Antonis
Katsioulis 1,2, Elina Kostara 1, Vasileios Nakoulas 1, Marina Hatzinikou 1,2 and Christos Hadjichristodoulou 1,2,*  

Source Image de couverture : European Centre for Disease Prevention and Control, https://ecdc.europa.eu/en/legionnaires-disease/surveillance/atlas, accédé le 3 juillet 2019 

À lire également

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *