Alerte canicule et ruée sur les brumisateurs  : Attention au risque légionelle !

Ventilateurs, climatiseurs, brumisateurs, piscines et fontaines... . Avec une température ressentie qui devrait atteindre les 48 °C dans la moitié nord de la France, tous les moyens sont bons pour rester au frais. Alors que le niveau 3 du plan canicule est activé dans de nombreuses préfectures, les rayons des magasins proposant des dispositifs de rafraîchissement ont été dévalisés.

Les communes en première ligne pour lutter contre la chaleur

Les villes mettent en place des moyens importants pour soulager les habitants des températures extrêmes. À l’image de Poissy dans les Yvelines. Ici, un brumisateur collectif a été installé pour rafraîchir les passants sur la Place de la Mairie.

À Paris, les horaires d’ouverture de certaines piscines vont être étendus. Et ce pour rendre la baignade accessible au plus grand nombre, parfois jusqu’à 22H30.

En outre, des fontaines d’aspersion vont être installées aux quatre coins de la capitale et les parcs et jardins publics seront ouverts 24 heures sur 24.

Le dispositif Chalex recense les personnes âgées ou à risque. Il permet de surveiller systématiquement leur état de santé.

S’il est activé, des gourdes sont distribuées aux sans-abris. Tout comme des cartes avec l’emplacement des fontaines d’eau potable dans toute la ville.

 

La réglementation sur les brumisateurs collectifs a fait l’objet de plusieurs renforcements

Depuis 2018, les installations collectives de brumisation d’eau dans les Etablissements Recevant du Public et les lieux accessibles au public doivent se soumettre à des règles strictes en termes d’installation et d’entretien des équipements[1].

Les analyses d’eau réglementaires sont réalisées à une fréquence bisannuelle.

Si la concentration en L. pneumophila s’avère supérieure à 1000 UFC/L, l’exploitant procède à l’arrêt immédiat du système.

Il doit par ailleurs mettre en œuvre les actions correctives nécessaires puis refaire une analyse.

La remise en service est autorisée uniquement si le résultat est inférieur à 10 UFC/L.[2].

 

La hausse des températures favorise la légionelle

Une vague de chaleur signifie que des eaux habituellement froides et non propices à la bactérie peuvent dépasser les 25 °C en période de canicule. Elles deviennent ainsi un foyer potentiel de développement des légionelles.

En outre, les dispositifs de rafraîchissement précédemment mentionnés, sont généralement utilisés de manière ponctuelle. Ils sont cependant sollicités en permanence durant les fortes chaleurs. Ce qui signifie qu’en cas de contamination de l’eau, le risque de transmission sera accru.

Dans les piscines, la fréquentation extrême en période de canicule engendre un taux de germes et de matières organiques qui a tendance à neutraliser le chlore. Tandis que l’agitation constante de l’eau entraîne son évaporation partielle.

Le milieu devient ainsi plus favorable à la prolifération de diverses bactéries, dont les légionelles.

 

Une vigilance qui doit être renforcée pour les personnes âgées

L’OMS recense sur l’ensemble des cas notifiés de maladies, 75 à 80 % de personnes de plus de 50 ans.

Du fait de leur âge, elles font face à un affaiblissement physique supplémentaire durant les fortes chaleurs. Leur risque de développer une légionellose en cas de contact avec la bactérie est donc accru.

La canicule impacte de plein fouet les seniors. Afin de lutter contre les risques, des mesures sont mises en place pour leur donner accès au maximum de dispositifs de rafraîchissement.

Les EHPAD ont ainsi prévu des salles climatisées et 600 brumisateurs ont été distribués dans les maisons de retraite parisiennes.

Une communauté de commune de la Vienne a même prévu la gratuité des piscines pour les plus de 50 ans durant cet épisode climatique difficile.

Dans cette situation, le risque de contracter une légionellose est démultiplié. Cela s’explique par l’accumulation de plusieurs facteurs.

Les plus de 50 ans sont particulièrement sensibles à la chaleur. Cela signifie que les équipements du type brumisateur, douche ou climatiseur à pile seront utilisés à une fréquence encore plus élevée comparé au reste de la population. Ce qui entraine un risque accru de contact avec Legionella, en cas de contamination de l’eau.

Agnès Buzyn mettait déjà en garde contre le risque de légionellose lié aux climatiseurs dans les EHPAD lors de la canicule de 2018.[3]

Les personnes âgées présentent d’autre part en temps normal une vulnérabilité très élevée à la légionellose.

 

Comment réduire les risques même en cas de fortes chaleurs ?

Outre les analyses réglementaires obligatoires, il est préconisé de réaliser des autocontrôles sur les réseaux d’eau tous les mois.

Dans le cas où la température extérieure augmente fortement, les conduites d’eau froide chauffent. Ces dernières doivent aussi faire l’objet de tests.

Les établissements de santé et les EHPAD sont particulièrement touchés par la légionelle hors sérogroupe 1. Pour cela, il est primordial de se procurer des kits de tests permettant la détection de tous les sérogroupes de L. pneumophila.

Sources :

 

[1] articles L.1335-3, L.1335-4, L.1335-5 et L.1337-10 du code de la santé publique ; décret du 27 avril 2017 relatif à la prévention des risques liés aux systèmes collectifs de brumisation d’eau ; arrêté du 7 août 2017 relatif aux règles techniques et procédurales visant à la sécurité sanitaire des systèmes collectifs de brumisation d’eau, pris en application des dispositions de l’article R. 1335-20 du code de la santé publique.

[2] Article 221-6 du Code pénal, modifié par Loi n°2011-525 du 17 mai 2011 – art. 185

[3] http://discours.vie-publique.fr/notices/183001625.html

Obtenez gratuitement notre livre blanc sur la réglementation en ERP

Renseignez-vous sur vos obligations en tant que gestionnaire d’établissement recevant du public (ERP) en matière de gestion du risque légionelle, afin de bien préparer votre contrôle réglementaire

À lire également

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *